17h00: l’heure magique


Ton cadran est à 7h00, mais juste pour faire exprès tu te réveilles à 6h48. 12 minutes qui auraient pu faire toute la différence dans ta nuit de sommeil, du moins, c’est ce que tu te dis en snoozant.

Tu te lèves, les deux yeux dans la graisse de bine, une p’tite dou-douche rapido et t’enfiles ton “costume de monsieur/madame”, ton linge d’adulte professionnel et hop, direction boulot.

T’arrives au bureau de justesse, tu jettes un oeil à tes courriels puis à ton agenda de la journée: meeting par dessus meeting. Tu te dis: “ah ben, ça va être une de ces journées non-productives où on ne fait qu’avoir des meetings qui finalement débouchent pas vraiment sur quoi que ce soit.” Et pendant ce temps là, ton travail s’accumule, les courriels entrent et entrent encore. Niveau de stress extrême.

L’heure du lunch arrive, ça va être un bon moment de se détendre un peu...ben non toi chose, t’as voulu faire ton smatte en t’amenant un lunch, mais tes BFF du bureau vont dîner à l’extérieur pis finalement t’es pris dans la cafétéria...avec Linda. Linda le sait pas, mais tout le monde la trouve fatiguante, mais bof, toi t’es smatte alors tu jases pendant que ton subconscient crie à l’aide. “Yéé, elle parle encore de ses chats.”

Retour à ton bureau, tu peux enfin travailler un peu, mais tu digères, ton énergie est juste pu là, si tu pouvais, tu te coucherais sous ton bureau pour faire une bonne sieste. Un power-nap de 20 minutes ferait de mal à personne. Tu carbures au café ou aux boissons énergisantes...ou les deux! Le coeur va te sauter, mais c'pas grave, au moins tu cognes pu de clous.

Puis 16h59 arrive, c’est la minute la plus longue sur terre, tu penses qu’en fixant l’heure elle va changer plus vite et BOOM! 17h! David Copperfield fait disparaître la statue de la liberté et toi tu changes l’heure avec tes yeux.

Chaque fois que tu vois cette heure, Usain Bolt te vient à l’esprit parce que tu sais que tu pourrais clairement le clancher tellement tu sors vite du bureau.

T'arrives à la maison, puis vient le moment d’extase, celui où ton “costume d’adulte” prends le bord et que t’enfiles ton linge mou. Toi c’est peut-être un pyjama? Un hoodie bien confo? Des bas de laine, des pantoufles? Peu importe ce que c’est, t’es juste bien.

C’est ça le pouvoir du linge mou. Une puissance divine qui t’enveloppe confortablement et te procure un bien-être que tu croyais inatteignable à peine une heure plus tôt.

Toi? Tu portes quoi comme linge mou?


Laissez un commentaire